Projet ENGINE : Questionnaire pour les jeunes

Cher.e participant.e,

Ce questionnaire est dans le cadre d'un projet Erasmus+ sur les jeunes et les radicalisations en France et en Europe financé par l'Union Européenne intitulé “Educating New Generations In Building a Non-Radicalized Environment (Description du projet). Nous voulons en savoir un peu plus sur vous et vos antécédents. Rappelez-vous, tout cela est anonyme et si vous vous sentez mal à l’aise pour répondre à une question, passez à la question suivante.

1. Votre âge ?

2. Dans quel pays vivez-vous actuellement ? (Si vous avez vécu dans un ou plusieurs pays auparavant, précisez)

3. Le cas échéant, quel est votre pays d’origine ? (Si vous en avez)

4. Quel est votre sexe ?

MasculinFémininAutres

5. Aux fins du présent questionnaire, pourriez-vous identifier ce que vous considérez comme votre origine ethnique, au meilleur de votre connaissance en commentant l’une des options ci-dessous ? (Veuillez noter qu’à chaque sélection, vous avez la possibilité d’ajouter des informations supplémentaires si vous souhaitez clarifier.)

Blanc/CaucasienNoirAsiatiqueGroupes ethniques mixtes ou multiplesAutresVous ne souhaitez pas fournir de réponse

6. Occupation. Êtes-vous dans :

École/UniversitéMilieu professionnelÉtablissement correctionnel pour jeunes/thérapieAucun de ces cas. Néant

Cette section tente de comprendre dans quelle mesure les jeunes perçoivent la radicalisation comme une question sociale.

7. Pensez-vous que ces facteurs peuvent favoriser le radicalisme ? (Choisissez une ou plusieurs des hypothèses suivantes.)

Liens personnelsMarginalisationLa pauvretéCertains environnements-milieux tels que les prisons et l’exposition aux gangsAucun d’entre eux parce que la radicalisation adhère à certaines valeurs (politiques, religieuses ou racistes)

8. À votre avis, qu’est-ce que la déradicalisation signifie ? (Choisissez un ou plusieurs)

Promouvoir la démocratie et la citoyennetéPromouvoir l’inclusion sociale entre les différentes culturesAméliorer la situation économiqueRéduire la marginalisationOffrir une meilleure éducation aux jeunesMettre l’accent sur l’aspect dissuasif de la prévention

9. Comment pensez-vous que les contenus de promotion de la radicalisation devraient être traités sur Internet ?

Ils doivent être enlevésIls devraient être accessibles pour tout le monde comme toutes les informations sur InternetIls devraient avoir certaines restrictions selon l’âgeIls ne devraient être interdits que s’ils favorisent le djihadisme…Je ne sais pas

10. Croyez-vous aux capacités des communautés dans la prévention des phases de radicalisation violente ?

Oui, j’ai entendu des faits positifs de l’implication des communautésOui, mais je n’ai pas d’exemples concretsNon, je crois que des organisations spécifiques devraient s’occuper de la préventionNon, parce que les communautés sont souvent l’endroit où le problème commence

11. Souhaitez-vous prendre part au projet ; être formé sur ces thématiques comme le théâtre comme outil de prévention, l’éducation, internet... en lien avec la radicalisation des jeunes ?

Oui, je veux en savoir plus sur euxNon, je ne suis pas intéresséOui, mais seulement la formation générale, à savoir non liée à la radicalisation

Maintenant, nous voulons savoir quelles sont vos postures face aux épisodes de radicalisation.

12. À votre avis, lequel de ces outils aiderait le plus les jeunes marginalisés ? (Choisir une ou plusieurs options.)

Une plate-forme en ligne comme un blog, forum, etc.Un bureau spécifique au sein des écoles, des universités et des établissements pour jeunes délinquantsL’assistance sociale des gouvernementsL’aide sociale de la communauté localeFormation accessible sur l’autonomisation (en ligne ou en présentiel)Campagnes de sensibilisationL’aide financière des gouvernementsUne assistance psychologique plus accessibleGroupes de soutien aux jeunes vulnérablesProgrammes de médiation entre jeunes et jeunes radicalisés

13. Quelles seraient vos trois premières étapes pour lutter contre la radicalisation ? (Maximum trois choix.)

Mettre l’accent sur la compréhension des raisons des actes de radicalisation afin d’éviter qu’ils ne se répètent à l’avenirMettre l’accent sur la création d’une société plus ouverteMettre l’accent sur le terrorismeMettre l’accent sur l’inclusion sociale des musulmansMettre l’accent sur l’élimination des discours haineux, de la xénophobie et de la peur des autresMettre l’accent sur la réduction de l’intimidation à l’école

14. En tant que jeune, vous sentez-vous à l’aise de discuter de la question de la radicalisation avec des professionnels adultes ?

Oui, je le faisOui, mais seulement si je n’ai pas de rôle de premier planOui, seulement pour donner des conseils pour dresser un tableau plus complet de l’environnement des jeunes dans les écoles, les universités et sur le webNon, je fais confiance aux compétences des professionnels dans leur travailNon, je ne pense pas que les jeunes ont suffisamment de connaissances sur la question (à l’exception de vous chercheurs et assistants)J’aimerais bien, mais je ne me sens pas à l’aise avec l’idée

15. S’il y avait une occasion de s’impliquer dans votre école/université/communauté dans des projets, y compris Erasmus+ et des actions liées à la question de la radicalisation des jeunes. Grâce à cette opportunité, vous pouvez suivre une formation, aider les victimes des différents actes de radicalisation des jeunes et avoir la chance de parler directement à ceux qui ont commis les actes, seriez-vous intéressé à en faire partie ?

OuiPas vraiment, ça ne m’intéresse pasNon, je pense que cela prendra trop de tempsJe m’intéresse, mais seulement à être forméJe suis intéressé, mais seulement pour aider les victimesJe suis intéressé, mais seulement de parler directement et de travailler avec des personnes radicaliséesJe suis intéressé, mais seulement pour entreprendre la formation et le soutien aux victimesJe m’intéresse, mais seulement pour entreprendre une formation et travailler avec des personnes radicaliséesJe m’intéresse, mais seulement pour soutenir les victimes et travailler avec des personnes radicaliséesJe ne sais pas